Deux ivoiriennes mises à tabac au maroc par des camerounais émeut la toile

0

Deux ivoiriennes ont été chicotées au Maroc par des camerounais ce vendredi 4 juillet 2017. Il s’agirait d’une affaire de ‘’bizzy’’, une affaire d’homme entre ivoirienne et camerounaise qui a tourné au vinaigre. Conséquence : les deux ivoiriennes ont été sauvagement battues et humiliées en étant filmées par leur tortionnaire.

Le constat est visible, ladite vidéo montre clairement  comment les deux ivoiriennes se sont fait tabasser par les camerounais à Casablanca au Maroc.  Pour l’heure, les agresseurs ne sont pas encore identifiés.

Il s’agit d’une sulfureuse affaire subsaharienne dont l’instigatrice, une camerounaise qui sera ensuite retrouvée par des ivoiriens de la diaspora en colère aurait ordonnée à trois de ses proches d’aller battre à mort deux ivoiriennes originaires d’Abidjan, histoire de leur donner une bonne leçon. Selon nos recoupements, il s’agirait d’un règlement de compte issu d’une sombre affaire liée à des trafics ou à des activités illicites qui se seraient mal terminées à Casablanca.

De la recherche d’une vie meilleure à l’humiliation… ?

On se rappelle que depuis la crise qui a secoué la Côte d’Ivoire, de milliers d’ivoirien se sont disperser dans le monde à la recherche d’une vie paisible. C’est ainsi que vivant dans un petit appartement, les deux ivoiriennes qui ont été battue à coup de bâton au vu et au su de tous et ce, devant des objectifs des Smartphones, se seraient allées se chercher depuis environ un an au Maroc.

Une fois publiée sur les réseaux sociaux, les internautes ont déploré cette sauvagerie des camerounais qui ont battu les deux ivoiriennes. Enflammés, les internautes s’indignent contre cette barbarie. Dans la foulée, d’autres exigent que le coup soit violemment rendu.  Pour Johny Pacheco, il faut à tout prix régler le compte de ces tortionnaires au lieu de s’en prendre à tous les camerounais.

Vivement, que cette affaire soit tirée au clair afin ces que les tortionnaires soient punis à la hauteur de leur acte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.