Côte d’Ivoire : un militaire battu à mort par une foule en colère… Voici la raison !

0

Le drame est survenu au quartier “Derrière Rails”, dans la commune d’Abobo (Abidjan – Côte d’Ivoire). Un élément de la Garde républicaine a trouvé la mort de manière tragique le mardi 24 janvier 2017. Le militaire a été battu à mort par une foule en colère. Les raisons.

Le jour des faits, le sergent-chef Bazoumana Cissé venait de faire des courses. En vue de rallier Abobo, il saute à bord d’un taxi. Une fois arrivé à destination, l’homme en fonction à la Garde républicaine dit ne pas retrouver son téléphone portable. Ses soupçons se dirigent vers le chauffeur de taxi. Le militaire accuse le taximètre de lui avoir subtilisé son mobile. Indigné face à ces accusations qu’il trouve non fondées, le conducteur n’entend pas se laisser traiter de voleur.

La discussion devient houleuse. Les deux hommes s’empoignent. C’est à ce moment que les choses vont s’accélérer. Le militaire sort son arme à feu. Un coup part. Le chauffeur reçoit une balle à la gorge. La détonation attire l’attention de jeunes gens qui n’étaient pas loin de la scène.

Immédiatement, ils accourent. Ceux-ci découvrent le taximètre étendu au sol.
Apeuré, le militaire tente de prendre la poudre d’escampette. Il est vite maitrisé par les badauds. L’élément de la Garde républicaine est pris à partie par une foule surexcitée, animée par la colère et remplie de vengeance. Les coups fusent de partout. Le sergent-chef Bazoumana Cissé ne peut sortir des griffes de ses bourreaux. Il succombe sous le poids des coups reçus.

Le conducteur du taxi a été conduit au Centre hospitalier universitaire de Treichville. Les éléments de police, une fois alertés, se sont rendus sur les lieux. Ces derniers ont procédé au constat d’usage. Ils ont emporté l’arme du militaire pour nécessité d’enquête. Ce drame n’est pas le premier du genre. Bien des fois, des altercations entre forces de l’ordre et chauffeurs de taxi virent au drame.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.